Demander de l’aide, synonyme de faiblesse ?



Il y a des moments dans la vie où nous avons besoin de quelqu'un pour nous aider à traverser une situation difficile et pourtant nous n’osons pas demander de l’aide.


Nous avons peur de paraître émotionnellement faibles, nous ressentons le besoin de tout contrôler, de devoir paraître parfait(e)s, de tout gérer nous-mêmes.


Nous préférons parfois sombrer dans l’épuisement plutôt que de demander de l’aide qui serait synonyme de faiblesse, honte, culpabilité.


Et pourtant, demander de l’aide est au contraire un acte de courage ! Cela nous oblige à admettre que nous ne sommes pas aussi fort(e)s et indépendant(e)s que nous le pensions. C’est prendre conscience de nos limites à un moment donné.


Trouver le courage de partager nos peurs, nos problèmes, aide à renforcer la confiance en nous.


Lors de mon premier grand chagrin d’amour, j’avais le cœur brisé, j’avais l’impression que je ne m’en remettrais jamais, que ma vie était foutue. Au bout du rouleau, j’ai été voir mon frère qui visiblement ne savait pas très bien quoi me dire. Il s’est donc contenté d’une tape sur mon épaule et m’a ensuite demandé si j’allais mieux. J’ai trouvé cela tellement décalé et à la limite maladroit mais super touchant et drôle que nous sommes partis dans un fou rire.


Nous sommes tou(te)s dignes d’être aidé(e)s, il n’y a ni honte, ni culpabilité à avoir.


En osant demander de l’aide, cela nous permet d’aller de l’avant au lieu de rester coincé(e)s dans une situation inconfortable. Nous apprenons une nouvelle façon de faire face aux défis, nous découvrons de nouvelles stratégies et des solutions que nous n’aurions pas trouvées nous-mêmes. Cela nous permet de rebondir et repartir plus fort(e)s et plus confiant(e)s.


Demander de l’aide n’est donc pas un signe de faiblesse. C’est l’une des choses les plus courageuses que vous puissiez faire.


Une petite main sur l’épaule, une conversation avec un proche, quelques séances chez un(e) professionnel(le) peuvent faire toute la différence !